Matthias Schoenaerts prononce ainsi en faveur d’une détention plus humaine

L’acteur hollywoodien Matthias Schoenaerts a peint un graffiti monumental avec les détenus dans la cour intérieure de la prison d’Audenarde. Il se prononce ainsi en faveur d’une détention plus humaine. Matthias Schoenaerts est, depuis quelques temps déjà, ambassadeur de RESCALED, un mouvement international qui plaide pour le remplacement des prisons par des maisons de détention à petite échelle, ancrées dans la société. Ce mouvement a ses racines en Belgique, où la vzw De Huizen est le porte-parole de cette révolution pénitentiaire.

Le graffiti représente deux mains qui prient sur un fond noir qui se fissure. L’œuvre veut être un signe d’espoir. Dans un nouveau monde qui est en train de percer, il n’y a plus de place pour des peines qui aliènent les gens. Une peine sensée doit relier et réparer. Elle adopte dès lors la forme de maisons de détention qui sont mises en œuvre dans et avec le quartier. Le changement provient de l’intérieur et depuis la base. Il n’est plus bricolé en dehors de la société puisque, manifestement, cette approche ne fonctionne plus, en supposant même qu’elle ait jamais fonctionné.


Le règlement intérieur de la première maison de transition à Malines

Le 9 october 2019 la toute première maison de transition a ouvert ses portes à Malines. Le règlement intérieur vous pouvez trouver ici.


La deuxième maison de transition belge commence à Enghien

A partir du 1er janvier 202, la deuxième maison de transition belge et la première maison de transition wallonne va démarrer à Enghien.

Olivier de Saint-Amand, bourgmestre d’Enghien :Les autorités communales ont réservé un accueil favorable au projet pilote du SPF Justice qui souhaite implanter une maison de réinsertion sur le territoire de la Ville d’Enghien. Un accord a été trouvé entre le SPF et des propriétaires privés pour la location de locaux. Enghien devient ainsi une ville pionnière en intégrant la première maison de transition de Wallonie, alors que ce type de structure a déjà largement fait la preuve de son efficacité aux Pays-Bas. La Ville de Malines accueillera un projet similaire pour la partie flamande du pays.”


Première maison de transition à Malines

Le ministre de la Justice Koen Geens se réjouit de pouvoir annoncer que le projet « Sterkhuis » de G4S Care et Exodus Nederland a été retenu afin d’ouvrir la première maison de transition. Le projet-pilote débutera à Malines à partir du 1er septembre 2019. Des détenus sélectionnés spécifiquement auront la possibilité de passer la dernière partie de leur peine au sein d’une maison de transition. Cette décision a été prise après des visites sur place et des phases de discussions.

Koen Geens : « Un détenu doit avoir la possibilité de se préparer à une réinsertion éventuelle au sein de la société. Dans une maison de transition, le détenu pourra s’y employer intensivement au terme de sa peine. Je me réjouis de voir que Malines souhaite apporter sa pierre à l’édifice afin d’œuvrer conjointement à instaurer une société plus sûre ».

Le 18 novembre 2016, le Gouvernement a approuvé le Masterplan relatif aux prisons et à l’internement. Il se penche notamment sur le retour et la réinsertion réussie des détenus dans la société. La maison de transition est un projet à petite échelle (environ 15 places). Après avoir purgé leur peine, les détenus seront préparés à habiter, travailler et fonctionner de manière autonome au sein de la société.

Le projet à Malines se composera de deux maisons, situées l’une à côté de l’autre, où chacun disposera d’une simple chambre mais vivra davantage en communauté. Un projet-pilote en Wallonie sera décidé prochainement.

Hier, le Conseil des Ministres approuve trois arrêtés royaux visant à pouvoir entamer le projet. A cet effet, un budget de 900.000 d’euros est débloqué.


Appel à candidatures pour l’exploitation de maisons de transition

La service public fédéral Justice a lancé un appel à candidatures pour l’exploitation de maisons de transition. La première étape de la réforme nécessaire et totale de notre système de détention prend corps.​

Le délai pour l’introduction des candidatures est prolongé jusqu’au 31 octobre 2018!




Changement législatif pour le placement dans des maisons de transition est voté

Le 28 juin 2018, les ‘amendements à la loi du 17 mai 2006 sur le statut juridique externe des condamnés à la privation de liberté et les droits accordés à la victime dans la fenêtre de l’ exécution pénale’ y compris l’insertion de un chapitre bis II Placement dans la transition maison sont voté dans la Chambre. Ces modifications entreront en vigueur le 8 juillet 2018.


Des étudiants en architecture à l’UHasselt ont créé encore une série de modèles réduits de maisons de détention possibles.

Des étudiants en architecture à l’UHasselt ont créé encore une série de modèles réduits de maisons de détention possibles.


Les Maisons est entendu par la Commission de la Justice de la Chambre Belge

Le 25 avril 2018, Les Maisons est entendu par la Commission de la Justice de la Chambre Belge, dans le cadre du projet de loi portant des dispositions diverses en matière pénale, avec les modifications législatives des maisons de transition (p. 75-81).


Les Maisons reçoit le prix pour le projet criminologique le plus méritant de L’Association des criminologues de Louvain!

L’Association des criminologues de Louvain nous a fait l’honneur de nous octroyer le prix du projet criminologique le plus méritant!

«Ce qui est spécial au sujet de ce projet est l’interdisciplinarité. Bien sûr, la réalisation de ce projet ambitieux nécessite temps, engagement, persévérance et une large base sociale. Temps, engagement et persévérance, l’asbl Les Maisons en a. En outre, le concept de maisons de détention peut aussi compter sur un intérêt international. Avec ce prix, nous espérons un petit a contribué au développement de l’aide sociale qui est nécessaire pour la réussite de ce projet.»


Les maisons de détention dans ‘Punir. Un point de vue pénologique’

Les maisons de détention sont nommés dans ‘Punir. Un point de vue penologique’ par Kristel Beyens et Sonja Snacken (2017, Maklu), l’ouvrage de référence criminologique de la prochaine décennie, plus précisément dans le chapitre «La politique belge au sujet de la prison et ses alternatives».


Les Maisons comme modèle pour innovation en ré-intégration

Nous avons présenté Les Maisons comme un modèle d’innovation en matière de réhabilitation lors de la conférence de l’ICPA (International Corrections and Prisons Association) à Londres en octobre 2017, intitulée «Construire des meilleurs avenirs dans des meilleurs bâtiments».


Masterplan du Ministre de la justice Koen Geens

Le 13 Mai 2016 le Ministre de la justice Koen Geens fait connaître son Masterplan ‘prisons et internement’, dans un communiqué de presse conjoint avec le Ministre des Affaires sociale et de la Santé publique Maggie De Block et le Vice-Premier et Ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon.

Une politique de détention différenciée, via des maisons de transition, est un des quatre piliers du Masterplan: “Des maisons de transition verront le jour, pour un total de 100 places: il s’agit de projets de petite échelle dans lesquels des détenus, sélectionnés sur la base d’une série de critères, se voient offrir la chance, d’ici la fin de leur peine, de passer la dernière partie de la peine dans une maison, où ils bénéficient d’une assistance et d’un accompagnement intenses qui doivent leur permettre de fonctionner à nouveau et mieux dans la société.”


Discussion au sein de la Commission de la Justice de la Chambre du 8 Juillet 2015

Le 8 juillet 2015 il y a eu une discussion sur les maisons de détention au sein de la Commission de la Justice de la Chambre.


Label de l’Architecte Flamande

L’asbl Les Maisons a reçu le label 004 du Maître Architecte Flamand.

Avec le label BWMSTR, le Maître Architecte Flamand cherche à rassembler des idées innovantes et pertinentes sur le plan politique, issues de la recherche et de la pratique de conception, et ainsi soutenir la recherche dans sa phase de démarrage précoce. Les lauréats reçoivent un budget modeste, pour davantage développer leur projet qui peut être utilisé par les décideurs politiques et les administrations.

“Est-ce que le rétrécissement de l’échelle des nouvelles prisons et des établissements de psychiatrie légale peut mener à une moindre récidive et ainsi générer des bénéfices au niveau sociétal? L’asbl Les Maisons aspire à un projet pilote qui examine cela sur base de recherches sur la conception spatiale. Le projet pilote peut donner une idée de comment et de quelle manière cette vision de la détention peut se traduire au sein de la structure d’un paysage urbain et de la politique des pouvoirs publique qui s’y rattache. Simultanément à ce projet pilote se développe un réseau qui transcende le fractionnement dysfonctionnel actuel de ‘la détention - logement - travail - soins - justice’ fait au sein du gouvernement et de l’administration.”


Prix de solidarité

En 2013 l’asbl Les Maisons a été le lauréat du ‘Prix de la solidarité du Standaard’.

L’annonce préconise des maisons de détention à petite échelle. Là, les jeunes peuvent revivre, travailler à la réparation de leurs erreurs et apprendre à assumer des responsabilités. L’annonce a été conçue par l’Agence de communication What’s in a name? de Bruno Seys et Filip Vandewiele et est parue trois fois dans De Standaard.

Cette annonce, intitulée ‘Les vilains garçons comptent aussi’ est parue tout comme 23 autres annonce d’une page entière d’organisations sans but lucratif dans De Standaard, après une présélection parmi plus de 100 candidatures. Un jury composé de grands réalisateurs créatifs – Jens Mortier de Mortierbrigade, Odin Saille de Boondoggle et Jan Teulingkx de Saatchi – et des représentants du journal lui-même – Gert Ysebaert, éditeur, Emmanuel Naert, marketing manager et Karel Verhoeven, rédacteur en chef – a ramené à la sélection à une liste de trois; à côté des barres qui deviennent une histoire, les messages de Memisa et Studio Straid, et Natuurpunt et Duval Guillaume Modem ont également attiré l’attention.


Résolution

Le 10 octobre 2012 Sarah Smeyers, Président de la Commission de la Justice, a soumis une proposition de résolution ‘relative à l’élaboration d’un projet pilote en matière d’exécution différenciée des peines’ à la Chambre des représentants. Cette résolution a été cosignée par Renaat Landuyt, Sophie De Wit et Stefaan Van Hecke.