Mission

Les Maisons aspirent des formes de détention à petite échelle et differenciées qui sont intégrées dans le tissu social.


Un nouveau paradigme pénitentiaire

Les prisons sont écoeurantes, suscitent la criminalité, plutôt que de la repousser et empêchent la réparation et la réinsertion. Une détention sensée doit préparer le détenu à la vie après la peine. Dès lors, un plan de solutions individuel et une approche personnalisée sont essentiels, tout comme la création d’un rôle social positif et un réseau social. Ceci est nécessaire afin de réduire la récidive.

On a besoin pour cela d’une nouvelle forme d’organisation et d’une nouvelle infrastructure: des maisons de détention. Il est nécessaire de mieux différencier, en termes de sécurité, d’activités et d’accompagnement. Un fonctionnement à petite échelle est dès lors nécessaire. Un meilleur ancrage du pénitentiaire dans la société rend la route vers la ré-intégration plus courte. Ces maisons doivent également fournir des réponses à des besoins socio-économiques de leur région, et ainsi y produire une valeur ajoutée.

Ce nouveau paradigme offre non seulement des solutions pour l’avenir des (ex-)détenus, des perspectives d’espoir pour tous ceux qui sont confrontés professionnellement à la criminalité et à la peine, mais aussi des moyens à la société pour faire face à ses ‘moutons noirs’.

L’asbl Les Maisons fait des plans d’affaires, de proximité, du personnel, des étapes, et d’architecture. Sur cette base elle fait des recommandations aux pouvoirs public et aux organisations intéressées. Le gouvernement belge a déjà repris ses idées et a décidé de développer à des projets pilotes de maisons de détention.


Des peines corporelles à la prison. Et après

Les prisons ont remplacé les châtiments corporels ‘inhumains’. L’exemple suivant d’un processus de détention, basé sur des situations réelles, indique clairement que nous sommes prêts pour une nouvelle étape dans l’humanisation de nos peines :

Hicham a commencé sa détention à Audenarde, mais a été rapidement transféré à Tilburg, car il répondait aux critères d’une détention dans cet établissement, entre autre, celui qu’il encourt rarement de rapports disciplinaires. Sa famille ne pouvait pas lui rendre visite, à cause de la distance et du coût du transport. Au début, Hicham s’est conformé à cette décision, mais son épouse et son fils lui manquaient. En outre, il était de plus en plus étranger à la volonté d’adopter une approche différente dans sa vie, car sa motivation était fortement liée aux promesses faites à sa famille. Il ressentait de la frustration, et vivre ensemble dans une cellule avec sept autres détenus lui était de moins en moins supportable.Dans les conflits entre ses camarades de cellule, il a essayé dans un premier temps de servir de médiateur, mais quand cela échouait il ressentait encore davantage de frustration. Mais un jour la pression lui a parue si forte qu’il s’est engagé dans une bagarre. Cela lui a valu d’être transféré à Wortel. Il a atterri dans une cellule avec quatre autres détenus avec qui il ne pouvait pas parler, car ils parlaient tous une autre langue que lui. Afin de ne pas aggraver sa frustration, Hicham s’est remis à consommer de la drogue, car elle le calmait et l’aidait à ne pas ressentir continuellement la douleur de l’absence des siens. Ses premières demandes de permissions de sortie et de congés pénitentiaires ont été refusées, surtout en raison de son attitude négative en détention. A un moment donné, il a cependant pu accéder à une permission de sortie. Durant cette journée, il devait avoir un entretien avec deux services et chercher un emploi. Il devait rejoindre Audenarde et ne disposait que de 10 heures pour accomplir toutes ces démarches. ll n’a pas pu revenir à temps à la prison, à cause de problèmes avec les transports en commun. Ce jour-là, il a également vu son épouse et a senti que quelque chose ne tournait pas rond, mais il ne parvenait pas à identifier la source du malaise. Quelques jours plus tard, il a reçu une lettre de l’avocat de sa femme lui signifiant qu’elle voulait divorcer. Elle ne pouvait plus supporter la situation de son mari et ne croyait plus en lui, depuis qu’il avait recommencé à consommer de la drogue. Cette nouvelle constituait un coup dur pour Hicham. En outre, cela signifiait qu’il ne pouvait pas bénéficier d’un congé pénitentiaire et devait se mettre à la recherche d’un nouveau logement. Il a essayé de s’inscrire dans une agence de location sociale, mais n’y a pas été autorisé car son domicile n’était pas dans la bonne commune. Entretemps, il s’est rapproché de sa date de libération et a décidé de purger l’entièreté de sa peine, étant donné qu’il ne pouvait satisfaire que difficilement aux conditions exigées pour bénéficier d’une surveillance électronique ou d’une libération anticipée. Quand il a été libéré, il était à nouveau entièrement dépendant à la drogue, n’avait ni revenus ni logement. La seule personne qui était encore disposée à l’aider était un ancien codétenu qui l’a hébergé. Pour accéder à des moyens financiers, ils ont rapidement commencé à commettre ensemble de nouveaux délits.